NOTE ! Ce site utilise des cookies. Les cookies assurent le bon fonctionnement de ce site.

Les cookies ne peuvent pas vous identifier. En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris

En savoir plus sur les cookies et leur utilisation, visitez ce site spécialisé :

 

http://www.allaboutcookies.org/fr/

 

 

Le tisserand du site (le webmaster)

logo-v8-1-t

logo-dio

814 jeunes ont participé au Pélé des Confirmés à Rome et Assise depuis 2013. En 2017, c’est à ton tour !!

L’Institution Saint-Joseph de Caen s’était paraît aux couleurs de l’Italie pour recevoir les jeunes Confirmands de notre diocèse, samedi 1er avril ! Venus de tous les pôles, tous les groupes de Confirmation des paroisses et des établissements sont représentés pour partager ce grand RDV annuel autour de Mgr Boulanger.

À leur arrivée, les jeunes et les adultes qui les accompagnent dans leur préparation forment les équipes pour relever les « défis » de la première partie de soirée : ateliers sur la Confirmation et l’Italie… et le plus difficile : déguster une glace et prendre une photo de groupe ! Après direction la salle de Conférence où les gardes suisses nous régalent d’un défilé dans les règles !!

C’est le moment de découvrir le Pélé Rome-Assise : quiz italien, témoignages d’Alexandre et Isaure, invitation de Mgr Boulanger et présentation par le père Hubert. Les inscriptions sont ouvertes ! Repas italien (lasagnes et panna cotta) pour se requinquer. C’est l’occasion d’échanger et de poser des questions sur le pèlerinage du mois d’octobre, cette année ce sera du samedi 21 au samedi 28 octobre.

Les parents nous rejoignent à 21h pour conclure cette soirée par un beau temps de prière en invoquant les 7 dons du Saint Esprit reçu à la Confirmation complétée par l’enseignement du père Hubert. Mgr Boulanger rappelle aux jeunes le RDV du Pélé des Confirmés et leur dit aussi l’importance pour lui des lettres qu’ils lui écrivent, qu’il porte dans sa prière tout ce dont ils lui parlent, les belles choses dans leur vie et les moments difficiles. Nous nous confions à la Vierge Marie puis notre évêque bénit les jeunes et leurs accompagnateurs.

Prochain RDV pour les Confirmands : la messe de lancement du pèlerinage des Confirmés à Rome et Assise, dimanche 24 septembre, à la cathédrale de Bayeux. En attendant, n’oublie pas de nous envoyer dès que possible ton inscription ! Le lien vers le tract : www.pastojeunes14.org/images/Photos-articles/Rome-Assise/pele-2017/InscriptionPeleRomeAssise2017.pdf

Ce qu’il fallait retenir :

¤ Du témoignage d’Alexandre : la super ambiance et les messes auxquelles on va sans problème tous les jours car ce sont des messes faites pour les jeunes. Il précise qu’il faut des bonnes chaussures !

¤ Du témoignage d’Isaure : l’ambiance sur la place Saint-Pierre lors de l’audience avec le pape François ; l’envie de s’investir et de faire bouger les choses dans sa paroisse quand on revient.

¤ De l’invitation de Mgr Boulanger : il prie pour tous les jeunes qui lui écrivent lors de la préparation à la Confirmation et pour tout ce qu’ils lui confient dans leurs lettres.

¤ De l’enseignement du père Hubert : être chrétien, c’est à la fois beau et difficile ; la Confirmation aide à avancer sur ce chemin de foi.

2017.04.01 Soirée Confirmands 14 Copie2017.04.01 Soirée Confirmands 7 Copie2017.04.01 Soirée Confirmands 21 Copie2017.04.01 Soirée Confirmands 25 Copie2017.04.01 Soirée Confirmands 29 Copie2017.04.01 Soirée Confirmands 33 Copie2017.04.01 Soirée Confirmands 352017.04.01 Soirée Confirmands 372017.04.01 Soirée Confirmands 402017.04.01 Soirée Confirmands 422017.04.01 Soirée Confirmands 442017.04.01 Soirée Confirmands 462017.04.01 Soirée Confirmands 522017.04.01 Soirée Confirmands 542017.04.01 Soirée Confirmands 572017.04.01 Soirée Confirmands 582017.04.01 Soirée Confirmands 662017.04.01 Soirée Confirmands 692017.04.01 Soirée Confirmands 712017.04.01 Soirée Confirmands 722017.04.01 Soirée Confirmands 732017.04.01 Soirée Confirmands 183 et pour les autres photos, c'est ici : appareil photo image noir et blanc

La Pastorale des Jeunes peut être partenaire de ton BAFA !

Le BAFA c’est un brevet d’état : Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateurs.

Cela permet « d’encadrer à titre non professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en accueil collectif de mineurs. »

Voici quelques points essentiels que l’on aborde au cours de la formation :

  • Comment mettre en place une animation : jeux, veillées, bricolage, parcours, etc.
  • Comment organiser la vie quotidienne en respectant les rythmes de vie et les besoins des jeunes.
  • Agir dans une équipe en participant à l’élaboration des projets et à leur mise en place.
  • Communiquer avec les familles.
  • Des notions de pédagogie comme : quelle autorité je dois exercer ? Mais aussi le développement de l’enfant et de l’adolescent.

La pastorale des jeunes, en partenariat avec un organisme l’Afocal, organise une session générale du 1er au 8 juillet 2017, ici à la maison diocésaine à Caen.

Il faut avoir au minimum 17 ans quand démarre la session. C’est pour les jeunes, ensuite, dans les camps de la pastorale des jeunes, l’occasion de transmettre la foi, de se responsabiliser, de vivre un engagement, de s’impliquer dans la vie diocésaine.

Cela leur permet de travailler dans des centres de vacances, des accueils de loisirs dans les mairies et de faire valoir cette formation sur leur curriculum vitae. Quel que soit le stage ou le travail auquel on postule, le BAFA développe des compétences transversales très appréciées dans les entreprises.

Le samedi 29 avril auront lieu les entretiens en vue de l'inscription, sur rendez-vous. La pastorale des jeunes et la formation permanente financent les 2/3 de cette formation. La carte@too diminue aussi le prix de cette formation.

Merci de nous contacter par mail pour se renseigner : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

IMG 0201 web2016.06.25 07.02 BAFA Jumieges 7J6 77

Prendre la route vers Pâques en se préparant à devenir Chrétien ou à recevoir la première Eucharistie

Seigneur notre Dieu, regarde avec bonté les jeunes qui se préparent à devenir Chrétiens et ceux qui se préparent à recevoir la Première des Communions.
Vois leur joie et leur disponibilité à accueillir ton Fils bien aimé, Jésus, qui s'est fait pour eux Source du Salut et Pain de Vie.
Comble leurs coeurs de ta lumière pour qu'ils se préparent à être imerger dans l'Eau du Baptême et à recevoir le Corps et le Sang du Christ avec foi dans ce don divin qui comble nos faims et nos soifs de vie, d'amour et de justice.
Par le même Jésus Christ notre Seigneur qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

Samedi 18 mars, les jeunes de notre diocèse qui cheminent vers la Baptême et la Première Communion se sont retrouvés à Honfleur pour vivre ensemble une journée de découverte et de partage. Le RDV était donné à la Chapelle Notre-Dame de Grâce d'Équemauville ! Chants, prières et témoignages ont rythmé le premier temps de prière avant que les équipes se lancent à la découverte d'Honfleur à travers un jeu de piste : l'église Sainte-Catherine, le Vieux-Bassin, la Lieutenance... pour nous retrouver aux salles paroissiales près de l'église Saint-Léonard où un déjeuner chaud a reconstitué les forces de chacun.
Après avoir découvert les activités de la Pasto Jeunes, les jeunes se sont répartis en atelier pour se préparer à vivre la célébration de la fin de journée : découverte du Je crois en Dieu, du récit du Baptême de l'Éthiopien, du sens de la Communion. Ensuite, les parents ont pu rencontrer Mgr Boulanger pendant que nous répétions pour la célébration.

A 16h, nous nous sommes tous rassemblés à l'église Saint-Léonard pour conclure cette journée. Les jeunes en début de préparation au Baptême ont vécu l'étape de la Tradition du Credo, les jeunes qui seront prochainement baptisés ont reçu l'Appel au Baptême et ont signé le registre diocésain, les jeunes se préparant à la première Eucharistie ont reçu une bénédiction particulière de Mgr Boulanger.
Tous sont repartis avec une fiole d'eau bénite par notre évêque : les catéchumènes ont été invités à la conserver pour la verser dans la cuve le jour de leur Baptême et les autres à l'utiliser pour se signer chez eux lors de leur prière.

2017.0.18 Journée Baptême Première Communion Honfleur 32017.0.18 Journée Baptême Première Communion Honfleur 332017.0.18 Journée Baptême Première Communion Honfleur 62

Pour voir toutes les photos de la journée, cliquez ici : appareil photo image noir et blanc

N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux !

Un avenir se prépare
Une vocation se découvre
Une soirée pour y réfléchir

Ce vendredi 10 mars, 26 garçons se sont retrouvés à la messe à l’église Saint-Étienne de Caen. Nous étions les invités de la paroisse Saint-François de Sales. Le père Hubert de Balorre et le père Sylvain Lamerand ont partagés aux garçons présents à cette soirée leur vocation à aimer et servir l’Église dans notre diocèse au sein d’une paroisse, leur lieu de vie et d’évangélisation.

Le pape François nous rappelle que « le peuple de Dieu est un peuple de disciples parce qu’il reçoit la foi et missionnaire, parce qu’il transmet la foi. »

Lors de l’homélie le père de Balorre nous a rappelé que chacun de nous par son baptême a reçu la vocation de répandre la bonne nouvelle de l’Évangile.

Le Seigneur appelle des garçons à le suivre plus particulièrement dans la vocation sacerdotale. Prions pour ces jeunes.

Le pape François vient d’écrire une lettre aux jeunes en préparation du prochain synode sur les jeunes, la foi et le discernement des vocations et leur dit que « même si le vacarme et la confusion, semble régner sur le monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète (…) N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. »

2017.03.10 Dîner garçons 52017.03.10 Dîner garçons 62017.03.10 Dîner garçons 3 001

Croire que Dieu me veut heureuse : c’est la clef qui m’a fait cheminer

Nous avons rencontré sœur France-Marie au Carmel de Lisieux le 14 février 2017. Voici ce qui est ressorti de l'entretien après relecture par la soeur :

S.FranceMarie 2 webJe viens d’une famille de cinq enfants avec trois garçons et deux filles. Je suis la quatrième. C’était une famille comme à cette époque : chrétienne catholique mais pas pratiquante, je n’ai jamais prié en famille. Ma grand-mère maternelle avait la foi mais depuis combien de temps ? C’était quelqu’un qui priait beaucoup.

Un jour, Maman s’est convertie lors de la rencontre avec un groupe de prière charismatique.

Nous habitions une région pauvre, un petit village de 1300 habitants dans l’Indre, Clion. C’était un coin perdu, sans jeune à la messe mais à Châtillon, il y avait ce groupe de prière.

Nous avons tous été baptisés, tous fait notre profession de foi mais pas notre Confirmation, seule moi quelques temps après ma profession de foi. Je suis la seule à avoir continué à aller à la messe. Je suis devenue guide. Tout ça jusqu’à 15 ou 16 ans puis j’ai tout laissé tomber. C’est souvent une période délicate. J’ai beaucoup aimé le scoutisme, l’ambiance, j’ai de bons souvenirs !

Au niveau familial, c’était compliqué, mon père était alcoolique, assez violent, ce n’était pas simple. Nous avons tous été marqués.

À 15 ou 16 ans, j’ai tout laissé pour jouer au foot. Au collège, j’étais en échec scolaire à cause du climat familial. Avant j’étais studieuse et j’aimais apprendre. Ça a été une grande épreuve toute ma vie. Je n’avais personne pour me soutenir et je suis reportée sur le sport. Le foot est un lieu de vie.

J’étais en échec scolaire, je n’avais pas grand-chose, pas beaucoup d’amis en dehors de l’école, pas d’amis au village. J’étais très seule, pas bien du tout, plus de confiance en moi. J’ai redoublé en troisième.

Maman sentait chez moi quelque chose, des prédispositions intérieures. Elle voyait que je n’étais pas bien. Un jour, elle me dit : « On te paye le voyage pour aller à Lourdes à un rassemblement de cinq jours avec des jeunes ? » Je connaissais déjà Lourdes, j’avais des souvenirs merveilleux, nous y étions allés deux fois pendant les vacances.

Elle me dit : « Veux-tu y aller ? »

Au niveau humain, c’était un non catégorique. Aller à Lourdes ? J’étais trop malade en voiture. Y aller avec un jeune couple et une jeune fille un peu plus âge que moi au commencement de sa conversion ; ce n’était pas possible d’y aller avec des gens que je ne connaissais pas.

… et là, j’ai dit OUI ! Quand je relis, je sens que c’est l’Esprit-Saint : quelque chose m’a dit : « Vas-y ! » Comme si quelqu’un m’attendait là-bas. C’était vraiment mystérieux. Je m’en rappellerai toute ma vie.

J’avais 19 ans, c’était aux vacances de Pâques 1986. Pour Thérèse, la conversion c’était Noël 1886. Moi, 1986, elle 1886.

 Le couple était génial. Cinq jours OUH, extraordinaires ; j’ai été soufflée par l’ambiance, l’ambiance de joie que je n’avais jamais vue encore. J’avais besoin de foi, besoin de joie. Des instruments, tout un orchestre avec une guitare, une batterie, ça chantait…

La Grotte, ohlala, la grâce d’être à cette grotte : la Vierge Marie me tombe dessus. J’écoutais Daniel Ange à la Grotte, dès fois toute seule, je participais à tout… je me laissais conduire.

Le dernier jour, je me suis confessée : j’ai rencontré Jésus.   Jésus est devenu vivant. Je me vois repartir : je n’étais plus seule, Il était avec moi. Faire l’expérience de cette présence, très sensible pendant un bout de temps ! C’était le début d’une aventure jusqu’au Carmel, jusqu’à aujourd’hui car elle continue toujours.

C’est une aventure qui décoiffe. Ça a été rude, un combat, des choix, des décisions à faire, à prendre, dur… et en même temps une vie est un combat. Une vie heureuse se fait à travers la souffrance, tout n’est pas rose.

Sept ans de cheminement : chemin de foi avant d’entrer au Carmel. Très rude, je lutte tout le temps. Ce n’est jamais évident avec moi mais le Seigneur est patient, Il me travaille et les choses se font quand même.

Le 9 août 1986, mon frère aîné se tue en moto.     
Deux ans après, ma chère grand-mère maternelle meurt. 
Le 7 février 1992, Maman meurt d’un cancer.         
Le 8 mai 1993, je rentre au Carmel.

J’étais toute seule comme jeune, toutes mes amies n’ont pas la foi. Je suis entrée au lycée et je me suis fait des supers copines qui sont venues à ma professions solennelle même si elles n’ont pas la foi.

La mort de mon frère a été terrible, un vrai choc. Mais le Seigneur m’a fait un cadeau : l’espérance que mon frère n’était pas mort mais vivant. J’ai eu la même grâce pour ma grand-mère. Cette grâce m’a consolé et elle ne m’a pas quittée. 

Pourquoi le Carmel ? Je ne sais pas. Ça m’a été donné comme ça.  Très vite, je me suis dit : « Pourquoi pas la vie religieuse ? » mais à ce moment-là, j’étais plutôt dans la perspective du mariage.

J’ai laissé le chemin ouvert, je n’ai pas fermé. S’il se ferme, il faut prier pour essayer de l’ouvrir.

La base : croire que Dieu me veut heureuse : c’est la clef qui m’a fait cheminer. C’est une clef super importante, j’y crois ferme. Même si c’est rude.

Le groupe de prière, j’y allais, je n’y allais pas. C’était en concurrence avec les matchs de foot, aller au bal avec les copines… j’aimais faire la fête. Tout doucement, le Seigneur m’a fait cheminer et à un moment, j’ai senti que le bal, c’était fini. À un moment, j’ai posé des actes concrets, c’est super important.

La prière : c’était très difficile de prier seule. C’est pourquoi le groupe était important. Le lieu privilégié de la prière le soir couchée.

Les propositions du groupe m’ont fait cheminer : WE, recollections… à Issoudun, Pellevoisin… Je demandais un accompagnateur dans mes prières. J’ai rencontré un prêtre à Pellevoisin. . Je lisais Feu et Lumière. J’aidais les Dominicaines à Pellevoisin. Les lieux sont importants. Je prenais ce que j’avais. J’allais à Paray-le-Monial au moins une fois par an. J’étais assez timide en dehors de mes copines.

Je trouve alors une retraite en silence à Nouan-le-Fuzelier avec les Béatitudes. Une grande expérience, complètement nouvelle : le SILENCE ! Le Seigneur me prépare.

Ce fut une grande découverte : cinq jours en silence. À partir de ce moment-là, tous les ans, j’ai fait une retraite de silence de plus en plus costaud, jusqu’à 10 jours à 22 ans avec quatre heures d’oraison par jour. Ça m’a préparé au Carmel.

Un jour, toujours à prier : « Que veux-Tu que je fasse Jésus ? » lors d’une retraite à Paray-le-Monial avec un jésuite pour discerner les Vocations, 10 jours, avec des jeunes, quatre heures d’oraison quotidienne. À la fin avec mon accompagnatrice, une sœur : nous discernons que ce n’était pas le moment.

L’année d’après : « Qu’est-ce que je fais ? » Entre temps, je rencontre la petite Thérèse en lisant Histoire d’une âme chez les Dominicaines. Je suis renversée : j’ai rencontré une amie. Je rencontre Thérèse mais pas la carmélite, Thérèse amoureuse, son amour pour Jésus.  

Une retraite à Lisieux ou un séjour à la montagne ? Je vais vers celui où mon cœur penche « Lisieux. »

Je suis arrivée à Lisieux en short et sac-à-dos…  J’étais la seule jeune avec des religieuses et des prêtres. La retraite était menée par un prêtre jésuite charismatique, il y avait quatre heures d’oraison par jour. Deux jours avant la fin de la retraite, une petite sœur me dit : « Tu ne deviendrais pas religieuse toi ? » Je n’en sais rien. Je suis partie avec cette question dans ma chambre et, pouf, lumière, c’est évident, ça devient clair : mon désir d’aimer, c’est d’aimer Jésus, lui donner toute ma vie sans réserve.

JOIE d’avoir enfin trouver le chemin. Je suis venue au Carmel prier en me disant que peut-être un jour je serai là, mais pas de coup de foudre. « Seigneur, maintenant, Tu vas me conduire ? » La seule chose que je sache du Carmel : être cloîtrée.

En priant, je suis tombée sur cette Parole : « La fleur du Liban lui a été donnée, la splendeur du Carmel. » (Isaïe 35) C’est ça que j’attendais depuis toujours comme une réponse à quelque chose dans mon cœur. Et voilà !

Le stage se passe. Pas de réponse. À la fin, je vois la prieure : « De notre côté, pas de problème. Tu prends du recul et tu décides. » Moi, intérieurement, j’étais paumée, aucune lumière. En fait, j’étais très contente de partir. Je me vois prendre le train avec une grande liberté intérieure : « Seigneur, tu fais de moi ce que tu veux ! »

Je suis rentrée. J’avais quand même prévu de voir le père Jean, un père jésuite faisant des retraites charismatiques très particulier, en allant à un week-end de trois jours « Voilà comment s’est passé mon stage… » Le père Jean : « France, tu rentres au Carmel de Lisieux. » Après mon père spi qui me confirme. Le lendemain, le père Jean me reconfirme.

La DISPONIBILITÉ, la LIBERTÉ du cœur dans le cheminement d’une vocation quelle qu’elle soit, c’est magnifique.

Je suis entrée le jour de mon anniversaire. Le Seigneur m’a donné la vie, je lui ai donné la mienne.

Je suis depuis bientôt 24 ans au Carmel. Je suis heureuse. J’ai grandi spirituellement et humainement. Je me sens debout.

24 ans d’un cheminement qui continue. La prière, ouhlala… Quand c’est vraiment notre place, quelqu’un nous tient. Lors des retraites, devant le Saint-Sacrement, un dégoût à fuir… Une parole intérieure : « Tu viens pour qui ? Pour toi ou pour moi ?  On reste là et le Seigneur travaille en profondeur dans notre cœur même si on ne le voit pas.

Dans une vie de silence comme chez nous, ton passé remonte et là, c’est l’épreuve. Dans la vie avec les sœurs, il y a des problèmes aussi. Tes péchés, jalousies, fragilités… c’est terrible, on voudrait être forte ! Consentir à ma fragilité… là, Thérèse est géniale : être petite. Attention, pas être une petite fille : grandir, c’est consentir à nos fragilités, à nos failles. S’en sortir toute seule ? Non, on a besoin d’un autre, des autres.

Le Carmel : une très grande liberté. Cette relation particulière avec Jésus ! Thérèse parle d’une amitié avec Jésus. Lui est fidèle, patient.

La grâce de ma profession solennelle : le Seigneur se lie à moi. « Tu es à moi. »

www.carmeldelisieux.fr

Prions ensemble pour les Vocations avec la lettre du Monastère Invisible !

L'ensemble du témoignage de soeur France-Marie est accessible ci-dessous !

MI17.03Bayeuxmars2017 1MI17.03Bayeuxmars2017 2MI17.03Bayeuxmars2017 3MI17.03Bayeuxmars2017 4

 

Lisez l'ensemble du témoignage de soeur France-Marie en cliquant ici : Croire que Dieu me veut heureuse : c’est la clef qui m’a fait cheminer

Pour recevoir chaque mois la lettre et rejoindre la communauté du Monastère Invisible, renvoyez-nous le bulletin d'inscription ci-dessous par mél ou par courrier :

MI bulletin inscription

 

Voici le moment des inscriptions pour le BAFA !

Pour devenir un super anim', passe le BAFA en étant parrainé par la Pasto !
 
Une session de Formation Générale organisée avec l'AFOCAL aura lieu à Caen à la maison diocésaine à Caen du 1er au 8 juillet en demi-pension.
Nous avons 20 places, il faut donc réserver ta place rapidement !
Ceux qui auront besoin d'un logement le signale et on s'arrange.
Petit rappel : il faut avoir 17 ans au premier jour de la session.
 
Prix : le prix est de 405 € si tu t'inscris par l'intermédiaire de la pastorale des jeunes.
Si tu t'engages à rendre un certain nombre de services à la pastorale des jeunes, nous prenons en charge 270 €, il te reste donc à payer 135 € (-40 € si tu as le coupon de la cart@too, soit 95 €). 
 
Inscriptions :
Pour le moment il s'agit juste d'une pré-inscription, envoie-nous un e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou appelle-nous 09 64 12 99 50.
Nous ferons une permanence pour les inscriptions le samedi 29 avril sur rendez vous.
Si tu es en classe de première et que ton oral de français n'est pas passé aux dates de la session, tu pourras bien sûr t'absenter en donnant la photocopie de ta convocation.
 
IMG 0201 web2016.06.25 07.02 BAFA Jumieges 22016.06.25 07.02 BAFA Jumieges 7

Le 10 mars, Mgr Boulanger t'invite à dîner à Caen !

Viens dîner avec lévêque garçons 2017.03.10

C'est une propositions pour les garçons de 15 à 30 ans.
Cette année, le dîner se passe à Caen à la paroisse Saint-François de Sales (presbytère: 15 rue Guillaume le Conquérant).
Le père Hubert de Balorre, curé de la paroisse, accueillera Mgr Boulanger et les jeunes.
Au programme: 
  • 19h : participation à la messe de la paroisse, église Saint-Etienne.
  • 19h30 : au presbytère répartition en 2 ou 3  groupes pour témoignages et partages.
    Les prêtres et séminaristes présents témoigneront de leur vocation à Aimer et Servir l'Église dans une paroisse, lieu de vie et d'évangélisation.
  • Dîner
  • Complies
  • 22h : fin
Un simple mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. suffit pour t'inscrire dès que possible
ou par téléphone 06.85.18.75.22.
Possibilité d'organiser conduites et covoiturage !